LE CONTEXTE

La République Démocratique du Congo (RDC) connaît depuis plusieurs années une situation de crise chronique alimentée par des guerres à répétition dont les deux guerres successives de 1996 et  1998 qui auraient fait 4 millions des morts. Mauvaise gouvernance, affrontements militaires, anarchie politique et déplacement massifs de populations ont provoqué l’effondrement de la plupart des structures économiques et sociales congolaises dont le système de soins.

La population totale de la RDC est estimée à 65 millions d’habitants. La ville de Kinshasa compte plus de 7 millions d’habitants, 50% de sa population a moins de 15 ans. Sa densité est de 530 habitants par km2 et son taux de croissance est estimé à 6%  par an, une fécondité de 7 enfants par femme. La taille de ménage est comprise entre 8 et 9 membres.

Kinshasa vivait il y a quelques années des dividendes des richesses minières du sous-sol du pays. Aujourd’hui, elle vit du « secteur informel » (économie de survie). On évalue le taux de chômage de la population actuel à 80%. En outre, l’Etat paie peu et sporadiquement ses fonctionnaires et les services ne fonctionnent que sur les recettes réalisées. Ceci engendre beaucoup de détournement et appelle la pratique de « l’encouragement ». On estime qu’avec un revenu annuel moyen de 260USD, 50 % à 57 % de la population kinoise vit en dessous du seuil de pauvreté.

Données Chiffrées

  Selon les données statistiques disponibles auprès des institutions étatiques, des agences des Nations Unies et des organisations humanitaires les indicateurs sociaux et économiques de la République Démocratique du Congo sont parmi les plus faibles du continent Africain. Le produit intérieur Brut (PIB) par habitant a été estimé à 185 dollars US en 1997. La …

Voir la page »

EnfantsDeLaRue

Les enfants des rues à Kinshasa

La  situation spécifique des enfants des rues à Kinshasa a comme soubassement les difficultés économiques, les conflits, l’urbanisme anarchique qui entraîne aussi un effritement des valeurs traditionnelles, la famille et l’école qui sont les remparts de sécurité habituels pour les enfants. L’affaiblissement de la solidarité clanique légendaire congolaise a laissé la responsabilité des enfants aux …

Voir la page »